Ma tour à fraisiers

Au printemps, on attend avec impatience de croquer avidement dans notre première fraise de l’année. Charnue, pulpeuse et couleur passion, ce n’est pas pour rien qu’elle est le symbole de la tentation et du plaisir.

Rien ne vaut une bonne fraise cueillie à point, qui a poussé dans de la terre et mûri au soleil. Mais située au ras du sol, il faut bien souvent la partager avec les limaces, mulots, merles et insectes gourmands. La tour à fraisiers permet de limiter les attaques et de faciliter la cueillette, pour qu’aller aux fraises reste un plaisir.

Selon génération future, 83% des fraises analysées entre 2012 et 2016 par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) contenaient des résidus de pesticides, la classant ainsi cinquième sur 19 fruits analysés. On devrait tous militer pour avoir chacun sa fraiseraie, saine et gourmande !

Téléchargez les instructions de construction de ma tour à fraisiers à la fin de la page.

Conditions de culture des fraisiers

Les fraisiers poussent presque partout, mais pour avoir une bonne fructification, il faut rassembler plusieurs conditions. Il faut tout d’abord les placer dans un endroit bien ensoleillé (minimum 4h de soleil par jour). La terre doit être riche en nutriments (compost), et pour avoir de belles fraises, un arrosage régulier pendant la période de floraison et de fructification est nécessaire. La fraise n’est en fait pas un fruit mais un réceptacle charnu. Les fruits sont des akènes (fruits secs) situés à la surface de la fraise (petit points jaunes). Pour assurer une belle formation de la fraise, il faut que les ovule de la fleur soient pollinisées, et donnent ainsi les petites graines jaunes. Cette pollinisation est assurée par le vent, mais aussi par les insectes : installez donc des fleurs mellifères à floraison simultanée à proximité de vos fraisiers (bourrache par exemple).

Dégustation de fraises

Choix des fraisiers

Avec plus de 600 variétés, le choix des fraisiers est vaste. Vous pouvez choisir des variétés plutôt originales comme la fraise Pineberry, blanche avec un goût d’ananas/fraise, ou bien la framberry, au goût de framboise et fraise des bois. Mais votre choix sera surtout guidé par votre mode de consommation :

  • Si vous choisissez des fraisiers non remontants (ciflorette, gariguette), vous aurez une unique récolte, mais abondante.
  • Si vous choisissez des fraisiers remontants (mara des bois, charlotte), vous aurez une première récolte, puis une récolte échelonnée de la fin de l’été à l’automne.

Plantation des fraisiers

Les fraisiers non remontants sont plantés de préférence en été, les fraisiers remontants sont plantés de préférence en automne. Pour les faire tenir à la verticale dans la tour à fraisier, calez le fraisier avec un paillage de foin, de paille (ou coupez une touffe d’herbe) le temps que le fraisier développe ses racines et soit bien ancré.

Au pied de la tour à fraisier, ou même dans quelques trous de la tour, plantez des alliacées (ail, oignon, poireau) : leur forte odeur repousse certains ravageurs. Et n’oubliez pas les fleurs mellifères à proximité pour assurer une bonne formation du fruit.

Entretien des fraisiers

Le fraisier se reproduit selon plusieurs mécanismes : la multiplication sexuée, qui permet la formation de la fraise, mais aussi la multiplication végétative grâce aux stolons émis par la plante (sorte de mini-fraisier raccordé à la plante-mère). Récupérez ces stolons pour renouveler votre fraiseraie : on dit qu’un fraisier produit moins au bout de 3-4 ans. Coupez les autres stolons, pour que le fraisier se concentre sur la production de fraises.

Rajoutez du compost régulièrement au sommet de la tour afin que le fraisier, très exigent pour fructifier, continu de se plaire.

Les avantages de la tour à fraisiers

Il n’y a pas de corvée de désherbage, et le paillage (souvent une bâche plastique) n’est plus nécessaire.

L’attaque par les ravageurs est limitée, ainsi que les maladies telluriques (maladies ayant pour origine le sol).

Les fraises ne sont pas en contact avec la terre, et donc ne pourriront pas lors d’épisodes pluvieux.

La cueillette en hauteur est bien plus agréable.

L’emprise de la tour à fraisier est très réduite : une quarantaine de pieds tiennent dans ma tour, pour une emprise de 0,2 m2. Elle est donc idéale pour les petits jardins ou même les balcons (dans ce cas, attention à la récupération des eaux, tout en assurant un drainage de la tour).

Les inconvénients de la tour à fraisiers

La terre s’assèche très rapidement, il faut donc des arrosages conséquents pendant la période de floraison et la fructification (environ un arrosoir de 10L par jour).

La terre se tasse formant des vides qui accélèrent le dessèchement de la terre : laissez bien se tasser la terre et complétez la tour avant de procéder à la plantation des fraisiers.

***

Pour connaître les étapes de construction de la tour à fraisier, téléchargez le PDF.

***

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Girard Jean-Louis dit :

    Merci Anaïs pour cette tour à fraisiers… je vais m’en construire une pour mettre sur notre balcon et peut etre aussi une pour mettre dans notre jardin partagé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 11 =