Un paysage comestible, c’est quoi ?

 

Non, paysage comestible, ce n’est pas la suite de Hansel et Gretel ! Il s’agit plutôt de réaffirmer notre position de prédateur végétalien (entre autre) au sein de la chaîne alimentaire. Un paysage comestible a pour objectif de planter ou semer des espèces qui nous apportent une production alimentaire, que ce soit directement ou indirectement. C’est un concept qui se marie parfaitement bien avec les différents principes de la permaculture.

Et quand on produit prêt de chez soi c’est moins de transport et d’emballage,  plus de diversité et de qualité dans l’alimentation, sans parler de toutes les autres bonnes raisons pour jardiner. Au final, nous sommes tous gagnants !

 

 

Paysage comestible c'est quoi

Les différentes formes de paysages comestibles

Le potager classique, le potager en carré, les vergers, sont sans conteste les paysages comestibles les plus classiques. Mais ils peuvent également être étendus à des situations plus déroutantes : sur un balcon ou une terrasse, devant son commerce, dans un parc urbain, au pied de l’arbre du quartier, dans les espaces verts des entreprises. Vous voulez mettre en place une haie ? Vous souhaitez un massif de fleurs ? Pensez paysage comestible ! Toute plantation peut être prétexte à produire une récolte.

Et puis il y a les paysages comestibles sauvages : les châtaignes, les champignons … Laissez-vous inspirer par la nature!

 

Les auxiliaires des plantes productives

Quand on dit « produire une récolte », il ne faut pas oublier toutes les plantes auxiliaires, qu’on ne peut pas forcément récolter, mais qui ont un impact sur notre production :

  • les plantes fixatrices d’azote, indispensable à la synthèse des protéines,
  • les plantes mellifères, qui attirent les pollinisateurs,
  • les accumulateurs dynamiques, qui vont chercher les minéraux en profondeur pour les plantes plus « fainéantes »,
  • les plantes couvre-sol, qui jouent le rôle du paillage,
  • les plantes prophylactiques, qui perturbent les ravageurs.

L’objectif d’un paysage comestible est de cultiver la diversité afin de favoriser la résilience du milieu et limiter les apports d’énergie.

 

Le jardin-forêt

La forme la plus poussée du paysage comestible est le jardin-forêt. Elle a pour objectif de créer un écosystème à la fois le plus autonome et le plus productif possible.

Le jardin-forêt associe de multiples plantes afin d’exploiter les différentes strates aériennes (arbres, arbustes, plantes grimpantes, herbacées, couvre-sol) et diversifier les strates souterraines (racines pivotantes, traçantes, bulbes). Cela permet de densifier le taux de plantation et augmenter la diversité des espèces. Les plantes productives et les plantes auxiliaires sont disposées de manière à limiter l’intervention humaine.

Consultez notre guide pour créer votre haie façon forêt-jardin.

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 3 décembre 2018

    […] Faites comme moi, militez pour un jardin de consommation ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 − 3 =