L’arrosage au potager en permaculture

L'arrosage au potager en permaculture

L’arrosage du potager relève bien souvent de la corvée. Porter des arrosoirs en plein été, négocier avec les voisins l’arrosage du potager pendant les vacances. Alors un potager en permaculture sans arrosage réalité ou fantasme ?

Pourquoi faut-il arroser ?

L’eau est essentielle à la plante, puisque elle permet la circulation des éléments dans la plante grâce au phénomène d’évapotranspiration. Sans eau pas de croissance !

Le sol est constitué de réserves d’eau, plus ou moins disponibles pour la plante. Lorsque la plante n’arrive plus à extraire l’eau du sol, elle se retrouve en situation de stress hydrique et ferme ses stomates. Le phénomène de photosynthèse est alors ralenti.

Le but de l’arrosage est de reconstituer ces réserves, afin de rendre de nouveau de l’eau disponible pour la plante. Ces réserves sont différentes en fonction de votre sol. Les réserves hydriques sont par exemple plus importantes dans un sol limono-argileux riche en matières organiques, qu’un sol sableux.

Les conséquences d’un manque d’eau sur les végétaux, et plus particulièrement les légumes sont d’une manière générale une baisse de croissance. Mais le stress hydrique peut avoir d’autres conséquences :

  • Une montée en graine précoce (laitues, coriandre, épinards)
  • Un avortement des fleurs (pois, tomate, aubergine)
  • Des légumes fibreux (navets, betteraves, haricots)
  • Des légumes moins fermes (poivron, piment, concombre)

Les besoins des légumes en eau

Les besoins sont différents en fonction des légumes, mais aussi de la phase de croissance du légume.

Besoins en eau : semis et plantation

La terre doit toujours être humide lors du semis pour permettre la levée de la graine : les arrosages doivent être faibles mais réguliers. Au début de la croissance, ou lors de la plantation, les racines sont peu développées et restent dans la couche superficielle du sol, celle qui s’assèche le plus rapidement : les arrosages doivent également être faibles et réguliers.

Besoins en eau : les végétaux en place

Une fois bien installés, les besoins des végétaux en eau sont différents, notamment à cause de leurs racines.

L'arrosage au potager en permaculture

Les légumes aux racines profondes ont une réserve d’eau plus importante. Les arrosages peuvent être moins fréquents, mais doivent être importants pour recharger les réserves du sol en profondeur. Légumes concernés : choux, haricots, tomates, asperges, aubergine.

Les légumes aux racines superficielles doivent encore être arrosés de manière régulière en petite quantité. Légumes concernés : salades, radis, céleri, pois.

Observez vos végétaux : si les feuilles fanent, c’est que la plante limite l’évapotranspiration pour faire face au manque d’eau. Il est donc temps d’arroser. Complétez toujours vos arrosages en fonction des précipitations et de leur intensité. Une petite pluie ne recharge pas les réserves d’eau en profondeur. Retenez que l’excès d’eau nuit également à la croissance de la plante.

L'arrosage légume par légume en permaculture

L’arrosage en permaculture

Selon votre région, et selon les années, il vous sera très difficile de ne pas arroser dans votre potager en permaculture si vous souhaitez obtenir une production de légumes. Par contre, respectez le principe d’utiliser des services et ressources renouvelables: arrosez avec de l’eau issue de la récupération des eaux pluviales par exemple. Et pour l’économiser, optimisez les quantités d’eau utilisées en réduisant les besoins en arrosage et en personnalisant l’arrosage en fonction des légumes.

Pour réduire l’arrosage du potager en permaculture vous pouvez :

  • Biner (ameublir la couche supérieure du sol) pour faciliter l’absorption de l’eau de pluie ou d’arrosage par le sol. Ce sera particulièrement efficace pour un sol limoneux.
  • Mieux que biner, pailler. Le sol absorbe également facilement l’eau, et celle-ci n’est pas évaporée. Cependant, une pluie faible ne pourra pas traverser le paillage et ne profitera pas aux plantes.
  • Augmenter le taux de matières organiques, qui joue le rôle d’éponge (encore une bonne raison de pailler!)
  • Définir clairement les cheminements et limiter le travail du sol pour ne pas le compacter. L’eau est en effet stockée dans les porosités du sol : moins de porosité, moins de réserves.
  • Arroser le soir en été pour limiter l’évaporation de l’eau.
  • Planter une haie brise-vent pour protéger les légumes.

Afin de limiter la dépense d’énergie liée à l’arrosage au potager en permaculture, pensez à intégrer les points d’eau dans votre design. Installez votre potager près de votre récupérateur d’eau pluviale (ou tout autre source). Vous pouvez également planifier votre potager en rassemblant les légumes qui nécessitent des arrosages réguliers, et ceux qui nécessitent des arrosages plus rares mais en grande quantité. Ceux qui peuvent être arrosés par aspersion (pas de risque de maladies) et ceux qui doivent être arrosés au pied.

Comment arroser ?

L’arrosage manuel est le plus efficace puisque vous pouvez personnaliser l’arrosage en fonction des besoins des plantes. Mais en cas d’absence, ou pour des raisons pratiques, vous pouvez choisir de mettre en place un goutte à goutte (long et coûteux à mettre en place), un asperseur (ne convient pas pour tous les légumes), des tuyaux micro-poreux reliés à un minuteur.

Vous ne devez pas arroser le feuillage des légumes sensibles aux maladies cryptogamiques, car l’humidité combinée à la chaleur favorise le développement des champignons. C’est le cas des tomates, aubergines, cucurbitacées (courge, courgette, concombre, melon …). Par contre n’hésitez pas à arroser le feuillage des crucifères (radis, navet, roquette …) car l’humidité contrarie la ponte de l’altise, un insecte pouvant occasionner des dégâts importants.

Asperseur sur goutte à goutte pour salades

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 + 25 =