Comment créer de la biomasse en permaculture ?

Créer de la biomasse en permaculture

Pourquoi créer de la biomasse en permaculture ?

La biomasse est la façon originelle de stocker l’énergie du soleil sur terre. Celle-ci est essentielle à la survie de tous les êtres vivants, et notamment l’homme, puisque nous nous nourrissons principalement de biomasse. C’est également une énergie fort utile à notre survie pour nous chauffer, nous habiller. Lors de votre réflexion pour aménager votre potager en permaculture, il vous faut penser à compenser l’appauvrissement des sols du à l’exportation des récoltes pour votre alimentation. Un apport régulier de biomasse permet de l’enrichir à votre tour. Les matières organiques ainsi apportées amendent le sol et fournissent à vos cultures ce dont elles ont besoin pour se développer et produire une récolte : nutriments, amélioration du sol (maintien de la faune, augmentation de la teneur en matières organiques), rétention de l’eau (via le paillage et la composition des sols). Soigneusement choisie, la biomasse est également essentielle à l’élevage d’animaux pour leur nourriture et leur litière. C’est pourquoi il est essentiel de créer de la biomasse en permaculture (ou de la récupérer).

Enfin, la montée en température de la biomasse lors de sa dégradation (compostage ou méthanisation) peut vous permettre d’augmenter la température de votre serre ou de votre chassis (exemple de la couche chaude sous châssis).

Comment créer de la biomasse en permaculture ?

Récupérer les « déchets » organiques

Vous l’avez compris, en permaculture toute matière organique n’est pas un déchet, mais bien une ressource qu’il faut préserver et utiliser au jardin sans hésiter. C’est pourquoi il est indispensable de capter toutes ces matières dans une démarche de réflexion de votre écosystème.

Déchets de cuisine : Récupérez vos épluchures, fanes… et déversez-les dans un composteur, ou directement à la surface de la terre. Souvent riches en azote, ils apportent également de nombreux minéraux à vos plantations.

Résidus de tonte : Les résidus de tonte sont extrêmement riches en azote et doivent être épandus avec parcimonie (en fine couche) au pied des plantes. Si vous les compostez, mélangez-les à des éléments riches en matières carbonées (écorces, branches ligneuses) pour équilibrer le compostage. Cela permet de ne pas perdre les nutriments, et limite également les mauvaises odeurs.

Taille de haie : Les résidus de taille de la haie comportent souvent peu de matières ligneuses, ce qui fait qu’on peut passer la tondeuse dessus pour les réduire en paillis. Celui-ci est plutôt équilibré et peut être remis au pied de la haie, ou dans votre potager.

Litières d’animaux : Récupérez sans hésiter les litières de vos animaux : chèvres, ânes, chevaux et même cochon d’Inde. Les déjections mélangées à de la paille offrent un paillage de choix après compostage. Nous sommes nous aussi des animaux, alors pensez toilettes sèches si votre lieu s’y prête et si vous n’absorbez pas de médicaments régulièrement.

Faire pousser de la biomasse

L’engrais vert

Lorsque votre sol est nu, pensez aux engrais verts. Ils permettent d’enrichir et d’améliorer la structure de votre sol. Une base indispensable à une bonne production !

Créer de la biomasse : consoude
Créer de la biomasse : ortie

Le réservoir à biomasse

Pour créer de la biomasse en permaculture, vous pouvez tout simplement choisir de laisser pousser spontanément un coin de votre jardin. Fauchez celui-ci régulièrement pour qu’il ne se transforme pas en friche.

Mais si vous manquez de place, il va vous falloir planter des champions pour alimenter vos besoins en biomasse ! Minutieusement choisi, votre réservoir à biomasse vous permettra de compléter les déchets organiques captés sur votre parcelle. Voici quelques pistes pour guider votre sélection :

Les plantes améliorantes : Munies de racines profondes, elles captent les minéraux pour les ramener en surface. Ce sont souvent des plantes pionnières, celles qui s’implantent en premier sur des terrains pauvres et les enrichissent au fil des années : pissenlit, chicorée, bouleau… La consoude est une championne de cette catégorie : sa racine profonde permet à la plante d’accumuler de nombreux minéraux. C’est également une plante mellifère, une très bonne plante médicinale dont les feuilles peuvent également être consommées.

Les plantes fixatrices d’azote : la plupart sont rassemblées dans la famille des légumineuses (fabacées). On en met généralement dans les mélanges pour engrais vert car elles ont la faculté de fixer l’azote de l’air. C’est en se décomposant qu’elles enrichissent le sol : genêt, coronille, elaeagnus, luzerne, trèfle.

Le miscanthus géant quant à lui produit une quantité de biomasse imposante, idéale pour produire du paillage. Attention cependant à son emplacement, comme la consoude, il s’étend facilement et est dur à déloger. Choisissez pour ces plantes un endroit définitif où elles peuvent être facilement contenues.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 − 4 =