Cultiver la pomme de terre en permaculture

La pomme de terre est un légume indispensable de notre alimentation. Elle fait partie de la même famille que le poivron, la tomate ou encore l’aubergine : les solanacées. Pour cultiver la pomme de terre au potager en permaculture, prévoyez un endroit un peu espacé des autres cultures. Il vous faut en effet retourner les plans pour récolter vos patates. Si vous les conservez convenablement, les patates vous assurent de bonnes réserves pour l’hiver.

Planter la pomme de terre

Semis en place

Les tubercules de pomme de terre sont des organes souterrains de réserve. Ce sont eux que nous mangeons ou qui sont plantés en terre une fois germés. Vous pouvez les acheter prêt à planter ou procéder vous-même à la germination.

Cultiver la pomme de terre en permaculture au potager

Procéder à la germination

Quand : Environ un mois avant la plantation
: Sou abri, à la lumière et à une température de 7 à 10 °C.
Comment : Etalez les tubercules sans les superposer dans des cagettes. Les germes, apparaissent après 4 à 5 semaines.

Planter en place

Lorsque les germes sont bien développés sur le tubercule (trapus et colorés), plantez vos patates en terre.

Quand : de avril à mai
: En pleine terre.
Comment : La pomme de terre aime les terrains riches et profonds. Amenez du compost mûr et un peu de cendres avant la plantation. Plantez les tubercules dans des sillons de 10 cm de profondeur et espacés de 30 à 50 cm selon les variétés. Recouvrez d’un léger paillage

Au potager en carré

La culture de la pomme de terre est peu adaptée au potager en carré où se côtoient les légumes de manière très rapprochée. A moins de lui prévoir un carré entier pour pouvoir réaliser facilement les récoltes.

Au balcon

On peut cultiver la pomme de terre sur une terrasse ou un balcon, plutôt en sac pour faciliter les récoltes. Prévoyez un espace suffisant et une profondeur minimum de 30 cm. Un épais paillage permet de remplacer le buttage des pieds.

En serre

Les pommes de terre peuvent être plantées sous serre pour des récoltes primeurs. Choisissez pour cela des variétés précoces.

Quand : À partir de mi-février à mars. Récoltez environ deux mois plus tard.

Choisir les variétés de pomme de terre

Les pommes de terres primeurs peuvent être récoltées plus tôt, par contre elles se conservent moins longtemps.

Pomme de terre primeur : Belle de Fontenay, Amandine, Anaïs, Sirtema.
Pomme de terre de conservation : Bintje, Rouge des Flandres (rouge), Désirée, Vitelotte (Violette).

Associer la pomme de terre

Eloignez de votre culture de pomme de terre les légumes de la même famille (solanacées) : tomate, poivron, aubergine. Installez des plantes qui repoussent les doryphores (avec plus ou moins d’efficacité) : intercalez du lin bleu annuel dans votre culture, plantez du ricin ou d’autres végétaux à odeurs incommodantes (œillet d’Inde, tanaisie, raifort …).

Réussir les pommes de terre en permaculture

Proposer un sol riche

La patate a besoin d’un sol richement amendé. Apportez à la plantation un apport de compost mûr conséquent.

Butter ou pailler

Pour favoriser la production de tubercules, les pieds de pomme de terre sont buttés lorsqu’ils mesurent 15 à 25 cm. Le buttage peut-être remplacé par un épais paillage. Il permet en outre de limiter les arrosages et de nourrir le sol.

Arroser au bon moment

La pomme de terre n’est pas gourmande en eau. Il faut cependant veiller à ce qu’elle ne manque pas d’eau lors de la floraison. N’arrosez pas le feuillage, sensible aux maladies cryptogamiques.

Cultiver la pomme de terre au potager

Récolter la pomme de terre

Récoltez les pommes de terre primeur au fur à mesure des besoins. Pour les autres, ramassez les tubercules aussitôt que le feuillage commence à jaunir, lors d’une journée sèche. Les pommes de terre produisent en moyenne 500 g de tubercules par plant, variable en fonction des variétés.

Produire ses tubercules

La pomme de terre est à autogamie dominante, mais une hybridation est tout de même possible. Cependant la graine est peu utilisée dans la reproduction au potager (et certaines variétés sont stériles). Il est bien plus facile d’utiliser les tubercules de votre production. Votre plant conserve alors toutes les caractéristiques du plant mère.

Les ennemis des patates

Les pommes de terres sont sensibles aux maladies cryptogamiques (mildiou), comme toutes les solanacées. Prenez garde à ne pas arroser le feuillage.

Les patates sont la cibles des larves des doryphores. Ce sont de petits coléoptères qui dévorent les feuilles. Détruisez les œufs dès leur apparition sous les feuilles à la fin du printemps. Pratiquez la rotation des culture et les associations de végétaux.

Quantités pour cultiver la pomme de terre en autonomie

Cultiver la pomme de terre en autonomie au potager

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 4 =